Page:Calloch - A Genoux.djvu/127

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Être par un cœur pur, la lumière frêle — Qui brille sans cesse devant l’Hostie, ô douceur !

Être le Prêtre ardent debout contre l’autel, — À offrir la Victime, douceur !…

Ô douceur !…
Février 1910