Page:Calloch - A Genoux.djvu/134

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le cœur du fils de l’homme est un tonneau défoncé, — Plaisir sur plaisir ont beau y venir. — Le monde a beau le noyer dans ses ivresses les plus folles, — Sur cette pauvre boule de boue jamais il ne sera plein.

Nage donc, ô monde dans la vase fétide de ton plaisir ; — Pour moi, je me garderai pur de sa souillure, — Et je ne chercherai consolation, dans mes tribulations effroyables, — Qu’aux pieds de mon Dieu, de mon Dieu bon…

…Mais j’espère toujours, gémissant, à la Délivrance, — Afin que mes pauvres os, déboîtés par les chutes, s’en aillent. — Dormir dans le charnier jusqu’au jour du Juge, — Ce jour-là mon corps se lèvera plein de gloire.

Et afin que mon âme, plus légère que le vent, puisse, — de l’autre côté de la mort, voler immortelle,