Page:Calloch - A Genoux.djvu/258

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Cela m’a fait de la peine d’apprendre la mort de Lajoinie. Un brave garçon et bon camarade.

Deutschland unter alles ! Ils sont essoufflés déjà, leurs canons. Allons, tant mieux ! Aussi bien, peut-être vont-ils recommencer tout à l’heure. On s’en f… 9 h. 15, non 21 h. 15. Je me fourre dans mes « draps ». Ce seraient de sales draps, si j’en avais ! car on a de la boue aux bottes. Mais on n’a pas de draps, et puis on s’en f…

Kenevo, Lucien.



À M. René Le Roux.
En campagne, le 28 Novembre 1915
Cher ami,
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Gelées, glaces, neige, les fourriers de l’hiver nous visitent. Il fait bien froid dans les gourbis, malgré que nous les enfumions méthodiquement. Enfin on a touché sur et sous-vêtements d’hiver, et les poilus n’ont pas besoin qu’on leur envoie du courage de l’arrière. Ils en ont. Belle race, nos Bretons. Ce sera un livre splendide, celui qui racontera leur guerre. Si nous en revenons, il n’y aura plus de misère pour nous abattre, car nous les aurons connues, et domptées — toutes.

Kenevo. Et bonne santé… J’écrirai à Vallée[1] le mois prochain. Ce soir il faut que je dorme un peu.

D’oh a greis kalon e Doue ha Breiz
  1. Directeur de « Kroaz ar Vretoned » (Saint-Brieuc) et auteur du livre célèbre : « La langue bretonne en 40 leçons ».