Page:Cambry - Description du département de l’Oise - Tome 1.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DU DEPARTEM. DE L’OISE. 343 lieux ce que j’ai dit de la forêt de Compiegne : j’ai parcouru la forêt Noire et les Ardennes, les Alpes, l’Amérique, Valombreuse, lesCamaldules, et n’ai point éprouvé dans l’âge de l’imagination et de la poésie les sensations, les souvenirs que je viens d’essayer de peindre.

Pres de S.-Jean nous mesurâmes un hêtre de vingts pieds de tour, dont les dimensions ne nous étonnoient pas à côté des chênes et des arbres qui l’entouroient.

Le village de S.-Jean est au milieu de la forêt ; la colline par laquelle on y descend en venant de Pierre-Fonts est rude, assez rapide pour que nous fussions obligés d’enrayer : le pauvre village, les tourelles découvertes, l’abbaye de S.-Jean dans un état déplorable, me disposerent au changement dont j’allois être le témoin. Un ancien inten < dant de la marine, homme plein de lumieres et de probité, que j’ai connu dans des jours plus heureux entouré du luxe de sa place, s’est retiré dans cet asyle, où, fatigué des hommes, ami d’une retraite sauvage, absolue, il vit, travaillant de ses mains la terre, et n’ayant d’autre compagnon qu’un, chien qui ne l’a pas quitté ; sa barbe avoit six lignes de longueur, ses cheveux gris étoient hérissés sur sa tête, ses vêtements participoient au délabrement de tout ce qui l’entouroit : nous nous serrâmes la main en versant quelques larmes. Il est heureux encore dans cet état, car il est dégoûté du