Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


encore à la plûpart des usages qu’on fait du plomb & du fer. Ils ont encore cet avantage pardessus les autres métaux, que le feu ne les consume pas, & ils sont si durables qu’on peut les regarder comme des corps permanens : il n’est donc pas étonnant que les Hommes, qui ont trouvé les autres métaux utiles, aient estimé l’or & l’argent, avant même qu’on s’en servît dans le troc. Les Romains les estimoient dès la fondation de Rome, & néanmoins ils ne s’en sont servis pour monnoie, que cinq cens ans après. Peut-être que toutes les autres Nations en faisoient de même, & qu’elles n’adopterent ces métaux pour monnoie que longtems après qu’on s’en étoit servi pour les autres usages ordinaires. Cependant nous trouvons par les plus anciens Historiens que de tems immémorial on se servoit d’or &