Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& plus propre pour les ouvrages qu’on en fait. Mais dans l’estimation de tout argent, le cuivre ou l’alliage n’est compté pour rien, & on ne considere que la quantité d’argent réel & véritable. C’est pour cela qu’on fait toujours un essai pour connoître cette quantité d’argent véritable.

Faire l’essai, n’est autre chose qu’affiner un petit morceau de la barre d’argent, par exemple, qu’on veut essaïer, pour savoir combien elle contient de véritable argent, & pour juger de toute la barre par ce petit morceau. On coupe donc un petit morceau de la barre, de douze grains par exemple, & on le pese exactement dans des balances qui sont si justes qu’il ne faut quelquefois que la millieme partie d un grain pour les faire trébucher Ensuite on l’affine par l’eauforte, ou par le feu, c’est-à-dire, on en détache le cuivre