Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trée du blé des pais étrangers librement, au lieu qu’on défend, absolument l’entrée des bœufs comme en Angleterre, ou qu’on en fait païer des droits d’entrée considérables, comme on fait dans d’autres États. C’est la raison pourquoi les rentes des prairies & des pâturages en Angleterre haussent, dans l’abondance d’argent au triple plus que les rentes des terres labourables.

Il n’est pas douteux que les Ambassadeurs, les Voïageurs, & les Familles qui viennent s’établir dans l’État n’y augmentent la consommation, & que le prix des choses n’y enchérisse dans tous les canaux du troc où l’argent est introduit.

Pour ce qui est des subsides que l’État a reçus des Puissances étrangeres, ou on les resserre pour les besoins de l’État, ou on les répand dans la circulation. Si on les suppose resserrés,