Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’argent en nature. S’il arrivoit par des récoltes abondantes qu’il y eût en l’État beaucoup de produits au-delà de la consommation ordinaire & annuelle, il seroit avantageux d’en encourager l’exportation chez l’Étranger pour en faire entrer la valeur en or & en argent : ces métaux ne périssent point & ne se dissipent pas comme les produits de la terre, & on peut toujours avec l’or & l’argent faire entrer dans l’État tout ce qui y manque.

Cependant il ne seroit pas avantageux de mettre l’État dans l’habitude annuelle d’envoïer chez l’Étranger de grandes quantités du produit de son crû, pour en tirer le paiement en Manufactures étrangeres. Ce seroit affoiblir & diminuer les habitans & les forces de l’État par les deux bouts.

Mais je n’ai point dessein