Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


telots vivent à très peu de frais. Un de leurs Moulins à scier le bois épargne journellement le travail de quatre-vingts hommes.

Par ces avantages ils seroient dans l’Europe les seuls voituriers par Mer, si l’on suivoit toujours le meilleur marché : & s’ils avoient de leur propre crû dequoi faire un commerce étendu, ils auroient sans doute la plus florissante Marine de l’Europe. Mais le grand nombre de leurs Matelots ne suffit pas, sans les forces intérieures de l’État, pour la superiorité de leurs forces navales : ils n’armeroient jamais de Vaisseaux de guerre, ni de Matelots si l’État avoit de grands revenus pour les construire & les solder : ils profiteroient en tout du grand marché.

L’Angleterre pour les empêcher d’augmenter à ses dépens leur avantage sur Mer par ce bon marché, a défendu à tou-