Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


te Nation d’apporter chez elle d’autres marchandises que celles de leur crû ; au moïen dequoi les Hollandois n’aïant pû servir de voituriers pour l’Angleterre, les Anglois même ont fortifié par-là leur Marine : & bien qu’ils naviguent à plus de frais que les Hollandois, les richesses de leurs charges au dehors rendent ces frais moins considérables.

La France & l’Espagne sont bien des États maritimes, qui ont un riche produit qu’on envoie dans le Nord, d’où on leur porte chez eux les denrées & marchandises. Il n’est pas étonnant que leur marine ne soit pas considérable à proportion de leur produit & de l’étendue de leurs Côtes maritimes, puisqu’ils laissent à des Vaisseaux étrangers le soin de leur apporter du Nord tout ce qu’ils en reçoivent, & de leur venir enlever les denrées que les États