Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


du Nord tirent de chez eux.

Ces États, je dis la France & l’Espagne, ne font pas entrer dans les vues de leur politique la considération du Commerce au point qu’elle y seroit avantageuse ; la plûpart des Commerçans en France & en Espagne qui ont relation avec l’Étranger, sont plutôt des Facteurs ou des Commis de Négocians étrangers que des Entrepreneurs, pour conduire ce commerce de leur fond.

Il est vrai que les États du Nord sont, par leur situation & par le voisinage des païs qui produisent tout ce qui est nécessaire à la construction des Navires, en état de voiturer tout à meilleur marché, que ne seroit la France & l’Espagne : mais si ces deux Roïaumes prenoient des mesures pour fortifier leur marine, cet obstacle ne les en empêcheroit pas. L’Angleterre leur en a mon-