Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ton dans son rapport, & par le Parlement en conséquence de ce rapport. Mais c’étoit le parti le moins naturel & le plus désavantageux, comme je vais le faire comprendre. Il étoit d’abord plus naturel de hausser le prix des especes d’argent, puisque le public les avoit déja haussées au Marché, puisque l’once d’argent qui ne valoit que soixante deux deniers sterling au prix de la Tour, en valoit au-delà de soixante-cinq au Marché, & qu’on portoit hors de l’Angleterre toutes les especes blanches que la circulation n’avoit pas considérablement diminuées de poids : d’un autre côté, il étoit moins désavantageux à la Nation Angloise de hausser les especes d’argent que de baisser celles d’or, par rapport aux sommes que l’Angleterre doit à l’Etranger.

Si l’on suppose que l’Angle-