Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour cette somme : cet autre n’ira pas peut-être demander l’argent au Banquier ; il gardera le billet & le donnera dans l’occasion à un troisieme en paiement, & ce billet pourra passer dans plusieurs mains dans les gros paiemens, sans qu’on en aille de long-tems demander l’argent au Banquier : il n’y aura que quelqu’un qui n’y a pas une parfaite confiance, ou quelqu’un qui a plusieurs petites sommes à païer qui en demandera le montant. Dans ce premier exemple la caisse d’un Banquier ne fait que la dixieme partie de son commerce.

Si cent Particuliers, ou Propriétaires de terres, déposent chez un Banquier leur revenu tous les six mois, à mesure qu’ils en sont païés, & ensuite redemandent leur argent à mesure qu’ils ont besoin de le dépenser, le Banquier sera en état de prê-