Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dame JAQUELINE.

La voilà. Dame ! c’est que si vous vouliez y penser, je vous ferois faire meilleure chere.


M. DUBUT.

Si c’était aux dépens du pauvre, cela ne vaudroit pas la peine.


Dame JAQUELINE.

Du pauvre ? non pas du pauvre ; mais de ceux à qui vous faites gagner des procès.


M. DUBUT.

Il leur en coûte toujours assez. (Il met sa cravate.)


Dame JAQUELINE.

Oui, voilà comme vous êtes ; vous n’en ferez rien.


M. DUBUT.

Je vous dis que si.


Dame JAQUELINE.

Mais quand ?


M. DUBUT.

Nous verrons.


Dame JAQUELINE.

Oui, oui, nous verrons.


M. DUBUT.

Ma perruque ?