Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je le voulons ; vous comprenez bian, Monsieur l’Avocat.


M. DUBUT.

Je ne te conseillerai jamais de tenter un procès injuste.


GROS-PIERRE.

Mais pourquoi ?


M. DUBUT.

Parce qu’il faut être honnête-homme, d’abord.


GROS-PIERRE.

Mais de tous les gens qui ont des procès, il y en a toujours un qui perd.


M. DUBUT.

Sans doute.


GROS-PIERRE.

Hé bien ! si la veuve Mignot perd, c’est tout ce que je veux.


M. DUBUT.

Oui ; mais si tu perds, toi, comme cela arrivera, tu payeras les frais & tu diras que, je t’ai mal conseillé.


GROS-PIERRE.

Je dirai… je dirai qui vous n’avez pas bien embrouillé l’affaire, comme je voulois,