Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parce que je suis sûr qu’on pourroit me faire avoir ce pré-là.


M. DUBUT.

Mais, je te dis que la Loi est contre toi.


GROS-PIERRE.

Mais il n’y a qu’à la retourner, elle sera pour moi.


M. DUBUT.

Tu n’y entends rien ; je ne te veux pas embarquer dans une mauvaise affaire : je crois que c’est te donner un bon conseil.


GROS-PIERRE.

Oui, un bon conseil qui ne rapporte rien, à quoi est-il bon ?


M. DUBUT.

À empêcher qu’on ne te mange inutilement.


GROS-PIERRE.

Voilà donc votre dernier mot, Monsieur l’Avocat ?


M. DUBUT.

Oui, & celui que tu dois suivre.


GROS-PIERRE.

Si vous aviez voulu, vous auriez pu m’en donner un autre, tant pis pour vous.