Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


étoit bonne, tu n’entends rien aux affaires, toi.


VINCENT.

Eh bien ! je ne le crois pas encore.


GROS-PIERRE.

Tu es bien obstiné ! tu ne mangeras pas de mon lievre ; car je m en vais le donner à Monsieur l’Avocat.


Dame JAQUELINE.

Qu’est-ce que vous dites, Gros-Pierre ?


GROS-PIERRE.

Je dis que je donne ce lievre à Monsieur l’Avocat. Prenez-le, Dame Jaqueline. (Il lui donne.)


Dame JAQUELINE.

Donnez, donnez. (Elle l’emporte, & elle revient.)


M. DUBUT.

Ah ! ça ! écoutez-moi, Gros-Pierre ; je vois que vous aimez les bons conseils.


GROS-PIERRE.

Eh ! pardi ! je vous le demande ? il n’y a que ceux-là.