Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DEVILLEMARE.

Eh bien ! oui ; mais je ne peux pas faire autrement ; ne parlons plus de cela.


M. DEGRANTIER.

Je n’en parlerai pas si vous voulez ; mais si vous vous couchiez comme moi, à minuit, vous verriez que vous vous porteriez à merveille. Je le disois encore hier à votre mari.


Mad. DEVILLEMARE.

Si vous m’aimiez, voilà ce que vous ne lui diriez pas.


M. DEGRANTIER.

Mais je vous demande pardon : c’est parce que je vous aime.


Mad. DEVILLEMARE.

Nous allons le voir ; car je viens vous demander de me faire un plaisir.


M. DEGRANTIER.

Qu’est-ce que c’est ?


Mad. DEVILLEMARE.

Vous connoissez la Marquise de Courrière ?


M. DEGRANTIER.

Oui.


Mad. DEVILLEMARE.

Vous savez comme nous nous aimons ?