Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DE S. HILAIRE

Ce n’est pas la peine. Voici, dequoi il s’agit.


M. GALAND.

Mais, Monsieur, je ne peux pas vous écouter comme cela.


M. DE S. HILAIRE

Allons, puisque vous le voulez absolument. Ils s’assoyent.


M. GALAND.

C’est que réellement vous ferez mieux.


M. DE S. HILAIRE

Monsieur, je viens vous consulter pour savoir ce que je dois choisir d’une chose ou de l’autre que je me trouve dans la nécessité de faire.


M. GALAND.

Voyons, Monsieur, expliquez votre affaire comme elle est.


M. DE S. HILAIRE

Monsieur, je n’ai jamais eu de procès de ma vie, & je voudrois bien n’en pas avoir.


M. GALAND.

Il y a peut-être quelque moyen d’accomodement ; voyons.