Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/172

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DE S. HILAIRE

Monsieur, il y a un homme dans le monde qui me déplaît beaucoup, je suis déterminé à lui donner cent coups de bâton, ou à le jetter par les fenêtres.


M. GALAND.

Monsieur, c’est violent.


M. DE S. HILAIRE

Je le sçai bien ; mais je ne peux pas absolument m’en dispenser, & je viens vous consulter sur le choix de ces deux choses-là.


M. GALAND.

Je ne vous conseillerai jamais ni l’une ni l’autre, il y a trop de danger.


M. DE S. HILAIRE

Oui pour cet homme-là.


M. GALAND.

Pour vous-même ; mais quelles raisons avez-vous ? Il y a les voies de la Justice.


M. DE S. HILAIRE

Je vous dis que je ne veux pas avoir de procès, cela m’impatiente, & je ne veux pas tirer cette affaire-là en longueur.


M. GALAND.

Mais que vous a fait cet homme qui puisse vous porter à cet excès de violence ?