Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/185

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. PILLIER.

Et de belles scenes !


M. SANGLIER.

Pas tant que dans Lully, voilà le vrai goût François & que je voudrois bien voir renaître, sans cela nous sommes perdus.


M. PILLIER.

Les ballets nous écraseront tout-à-fait, Monsieur, quand la Musique nouvelle ne prendroit pas le dessus.


M. SANGLIER.

Comment faire donc ?


M. PILLIER.

Je n’en sais rien.


M. SANGLIER.

Il n’y a presque plus de gens de notre parti.


M. PILLIER.

On ne veut que des Ariettes.


M. SANGLIER.

Et de la Danse.


M. PILLIER.

Je cherche, depuis long-temps, quelque moyen de remédier à tout cela.