Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. DUBOIS.

Adieu donc.


Mlle JANNETON.

Adieu, adieu.


----

Scène II.

Mad. DE L’AIGUILLE, Mlle JANNETON, pleure en travaillant.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Eh bien ! qu’est-ce que tu as à pleurer ? Tenez, voyez à dix-sept ans, si on peut être comme cela.


Mlle JANNETON.

Mais, ma chere mere, quand vous saurez à l’occasion de quoi je pleure, je crois que vous penserez comme moi.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Effectivement, je pleurerai aussi, moi : ah ! oui, tu vas voir. Allons, allons, laisse-moi passer à ma place, grande nigaude. (Mlle Janneton se leve, sa mère passe, & elles s’asseyent toutes les deux.) Donne-moi un peu cette terrine, que j’épluche nos féves.