Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le CHEVALIER.

Je ne me sens pas de joie. Arrêtez.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Non, laissez-moi vous fuir pour jamais.


Le CHEVALIER.

Non, vous ne me fuirez point, apprenez…


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Je n’en sais que trop ; ce n’étoit donc que pour jouir de mon désespoir, que vous avez pu consentir encore à me voir ? ce n’étoit que…


Le CHEVALIER.

Ah ! je vous prie de m’écouter, vous ne me condamnerez point, j’en suis bien sûr.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Et comment voulez-vous que j’approuve ce mariage ? je le devrois ; je devrois sentir que je suis trop heureuse de n’être point engagée avec un homme qui ne vouloit que me tromper, qui ne m’a jamais aimée ; mais….


Le CHEVALIER.

Vous m’offensez cruellement par cette pensée ! calmez-vous, ce mariage ne se fera point.


Mlle DE PÉRAUDIERE.

Il ne se fera point ?