Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Prenez-en encore une paire, cela fera un compte rond.


M. DUBOIS, pere.

Allons, je le veux bien, en faveur de l’ancienne connoissance. Vous ne me remettez pas, Madame de l’Aiguille ?


Mad. DE L’AIGUILLE.

Pardonnez-moi ; je me souviens…


M. DUBOIS, pere.

Vous souvenez-vous que c’est moi qui vous avois enlevée le jour de votre nôce ?


Mad. DE L’AIGUILLE.

Quoi ! c’est vous qui vous nommiez… J’oublie toujours les noms…


M. DUBOIS, pere.

La Fleur ; j’étois dans ce temps-là chez M. l’Argentier, Fermier-général.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Justement.


M. DUBOIS, pere.

Oui, c’est lui qui m’a fait avoir un débit de tabac, auprès des Quinze-vingts ; & je m’appelle Dubois à présent.