Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Ah ! que trop ; un jour de la S. Martin, bonjour, bonne œuvre, est-ce que la rouë d’un fiacre ne lui a pas passé fur les deux jambes ; qu’il ne s’en est pas relevé. J’ai cru que je le garderois toujours comme cela ; enfin Dieu me l’a ôté ; il a bien fallu se faire une raison. Il ne m’a laissé que Janneton, que vous voyez là.


M. DUBOIS, pere.

Eh bien ! je suis sûr qu’elle fait votre consolation ; car elle a l’air bien raisonnable.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Ah ! comme cela. (M. Dubois se leve.)


----

Scène IV.

Mad. DE L’AIGUILLE, Mlle JANNETON, M. DUBOIS, pere, M. DISCRET, se mettant à son Bureau, M. Dubois fils, passant & montrant à Mlle Janneton, que c’est son pere qui est chez elle, & qu’il va aller trouver M. Discret.



M. DUBOIS, pere.

Ah ! ça ! il se fait tard, & il est temps d’aller manger la soupe.