Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mad. DE L’AIGUILLE.

Si vous vouliez accepter la fortune du pot ? c’est de bon cœur.


M. DUBOIS.

Une autre fois, je viendrai vous revoir. Adieu, Madame ; adieu, Mademoiselle, je suis bien votre serviteur.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Adieu, Monsieur, ne nous oubliez pas, sur-tout, quand il vous faudra quelque chose.


M. DUBOIS, pere.

Non, non, Madame, vous y pouvez compter ; je vous salue. (Il s’en va.)


Mlle JANNETON.

Il est bien poli, ce Monsieur-là.


Mad. DE L’AIGUILLE.

Oui, oui, allons-nous-en dîner. Voilà M. Discret, ne le regardons pas. (Elles vont dîner.)


----

Scène V.

M. DISCRET, taillant des plumes.


Madame de l’Aiguille ne me regarde pas, non plus que Mlle Janneton ; est-ce qu’elles