Page:Carmontelle - Proverbes dramatiques, Tome 4.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


feras tout ce que tu voudras, je te seconderai autant qu’il me sera possible.


Le COMTE.

Je te devrai le bonheur de ma vie.


Le BARON.

Entre dans ce Cabinet : aussi bien j’entends quelqu’un, & c’est, peut-être, elle. (Le Comte entre dans le Cabinet.)


----

Scène III.

La MARQUISE, Le BARON.



La MARQUISE.

Baron, je vous suis obligé d’avoir bien voulu m’attendre ; j’achevois une lettre, & je crois que vous auriez été fâché que je me dérangeasse ; je compte assez sur votre amitié, pour cela.


Le BARON.

Je suis plus sensible a cette confiance, qu’à toutes les protestations qu’on peut faire. Quelque plaisir que j’aie à vous faire ma cour,