Page:Carnet de guerre n° 3 d'Alexandre Poutrain.pdf/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Wedeux de Croisilles. Ils se sont causé durant quelques mètres.

Il se trouvait un second prisonnier de la région dont le nom m’échappe.

J’ai su par la suite que les allemands les avaient emmenés travailler à Achiet, à six kilomètres du front.


Les Communes de Vitry, d’Etaing, de Saudemont et les Communes intermédiaires continuent à venir chercher leur ravitaillement à Croisilles.

Michel et moi continuons à faire deux ou trois transports à Quéant chaque semaine.

Nous convenons, Mr Loth et moi qu’en cas de force majeure, nous détruirons ce qui nous restera de ravitaillement plutot que de l’abandonner.

Mr Loth et moi constatons que les officiers deviennent de plus en plus nerveux.