Page:Castets - La Chanson des quatre fils Aymon, 1909.djvu/971

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
943
appendice

L’évolution s’est faite si régulièrement qu’elle ne pouvait être négligée, et je crains qu’une première impression ne m’eût fait d’abord juger C, en cet endroit, trop sévèrement.

Dans l’introduction, à propos du personnage de Richard, j’ai rapidement examiné en note les chants XI et XII de Pulci. Il eût fallu mentionner que le dédoublement de l’épisode correspondant de l’Orlando a été étudié par M. Rajna : il juge avec raison que ce remaniement prouve que le Morgante est plus récent que l’Orlando (La Materia del Morgante, p. 12-15.). J’ajouterai que l’épisode de l’Orlando fondait ensemble des éléments pris de la Course à Paris et de la branche où Richard court un si grand péril. Pulci fait d’Astolphe le héros du premier récit où une éloquente apostrophe de l’auteur à Charlemagne remplace la prière de Richard. Mais au lieu de Ripsens l’on a le bourreau avec lequel Astolphe lutte à chaque échelon. Il n’y a rien de la fin touchante et résignée de la prière.

Je rencontre encore dans Pulci une trace de notre texte, au ch. XI, oct. 30, où Renaud et Richard ne s’arrêtent ni chez leur hôte habituel Gualtieri ni chez leur ami Don Simone. L’un est le Gautier du v. 5069, l’autre me paraît être Simon de Pouille qui fait si bon accueil à Renaud et à Maugis, quand ils passent à Palerme (16271 sqq.). — Autre souvenir de la Course. Dans la Leandra, au tournoi du ch. IV, Renaud, avant d’entrer dans l’arène, a le soin de teindre Bayard pour qu’il ne soit pas reconnu : Malagigi l’insegnò quell’ argomento.

F
Épisode de la chasse

On l’a dans la version B C V, dans la version A P, dans le Rinaldo italien en prose, dans notre édition populaire. Il remplace dans le texte de L du v. 5427 au v. 5901. — Texte de B. revu sur A.

Au pui soz Monbendel sont les os ajoustée.
Nostre Franchois s’arrestent quant ont l’iaue passée,
Et voient le castel et la porte frumée.
Li uns esgarde l’autre, s’a la teste crollée.
5« [Signors, ce dit Rollans, dites vostre pensée.]
.x. jours avons été comme nonnain voillée,
Ne preismes d’autrui vaillant une denrée.
Assalons tost la ville, [s’iert] la guerre effondrée. »
« Non ferons, che dist Karlles, par l’apostre saint Pere,
10Ains esgarderons l’estre de cheste grant, contrée.
S’il ne rendent la ville, la guerre ert ja levée.