Page:Castor - Le pays, le parti et le grand homme, 1882.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 85 —

Eh bien ! que nous ont valu ces courbettes au méprisable coryphée de la libre pensée française !

D’un autre coté, il est dix fois pénible d’avoir à constater l’existence d’une communauté d’idées et de sentiments entre le Gambetta français et notre grand homme. Non seulement, ils paraissent entendre de la même façon l’art de faire fortune aux dépens de l’état, mais leurs principes sociaux se rapprochent par plus d’un côté !

« Le cléricalisme. Voilà l’ennemi ! » Tel est le cri de guerre de Gambetta.

Or, si M. Chapleau a besoin d’étre plus discret pour ménager un sentiment public plus chrétien ; s’il n’arbore pas aussi haut l’étendard de la guerre au cléricalisme, il ne le combat pas moins avec énergie.


VI


Nous dirons, plus loin, sa guerre aux frères de St-Vincent de Paul, son hostilité aux Jésuites, ses tendances à la laïcisation de l’enseignement. On se rappelle la persécution sourde exercée contre les frères de la doctrine chrétienne, telle que l’a exposée le Frère Réticius.


Ce n’est pas tout, le printemps dernier même, il réclamait la paternité de la fameuse clause du fameux bill d’éducation, enlevant aux curés tout contrôle sur les écoles paroissiales… Certes ! cette clause, bien que moins arrogante que ne l’est le cri de guerre de Gambetta, n’en était pas moins une déclaration de guerre au clergé !


VII


De retour au Canada, M. Chapleau ne pouvait taire son admiration pour le grand homme de France. « Ce ne sont pas les curés en titre, ce n’est pas le clergé national, disait-il, que M. Gambetta hait et persécute, ce sont les religieux, parce qu’il prétend que les ordres religieux font une compétition injuste au clergé national »…

« Moi aussi, ajoutait-il, je suis en faveur d’un clergé national au Canada, et je prétends qu’il ne faut pas encourager les ordres religieux qui peuvent nuire au clergé national. »

Toujours comme le Grand Napoléon, Notre grand homme !


VIII


Cette hostilité de M. Chapleau s’est d’ailleurs souvent manifestée, surtout dans ses élans de sympathie en faveur des libéraux et dans ses rapports de bonne camaraderie avec eux.

— « Mais comme tu manges du Jésuite ! » lui aurait dit un jour un chef libéral.

— Et pourquoi pas ?