Page:Cavalin - Considérations hygiéniques et médicales sur le transport par mer des animaux domestiques.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Morve.


La morve est une maladie contagieuse redoutable, commune au cheval, à l’âne et au mulet, et pouvant se transmettre à l’homme. Les symptômes caractéristiques de cette maladie sont les suivants :

1° Le glandage ou la présence sous la ganache de tumeurs dures irrégulièrement bosselées à leur surface et adhérentes à l’os maxillaire de l’un ou des deux côtés ; ces glandes sont habituellement indolentes ;

2° Les chancres ou ulcères des cavités nasales, isolés ou réunis, qui sont le plus souvent étroits, circulaires, à bords taillés à pic, d’une teinte grisâtre, sans auréole ;

3° Le jetage ou l’écoulement, quelquefois intermittent, par une seule ou les deux narines, d’une matière purulente, grumeleuse, d’une teinte jaune-verdâtre, qui adhère aux ailes du nez. La morve est dite confirmée lorsque ces trois symptômes existent ; mais lorsqu’on voit seulement deux de ces symptômes ou même un seul, s’il est manifeste, on peut néanmoins considérer l’animal comme morveux.

La morve pourrait être confondue avec la gourme, mais, ayant donné les caractères de cette dernière maladie, il sera facile de les distinguer ; du reste, la gourme n’atteint guère les animaux que pendant la période de trois à cinq ans, tandis que la morve atteint les animaux quel que soit leur âge. La morve, étant incurable et contagieuse, on doit, aussitôt qu’un animal est re-