Page:Cazaux - Accidents consécutifs aux opérations.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 41 —

présente une grande fréquence et où les causes les plus légères donnent lieu à une attaque de tétanos. Toutes les plaies peuvent en être la source. Les blessures qui y exposent le plus sont celles des membres, principalement celles qui atteignent les articulations, celles dans lesquelles les tendons et les nerfs sont déchirés, les plaies à lambeaux, les morsures, les déchirures, les écrasements, les fractures comminutives ou compliquées de plaies. Il apparaît le plus souvent, dans notre médecine, à la suite de la castration ; aussi nous occupera-t-il exclusivement à ce point de vue. — L’âge des animaux, leur état particulier au moment de l’opération, n’ont pas d’influence sensible sur le développement de cette redoutable affection. La douleur très vive qu’éprouve l’animal ne paraît pas davantage contribuer à la faire naître. La même incertitude règne quant à l’influence supposée que tel procédé de castration aurait d’y prédisposer particulièrement les sujets opérés. On a prétendu, mais à tort, que la castration par la cautérisation mettait plus complétement les animaux à l’abri de cet accident que les autres méthodes. Végèce nous apprend que c’est précisément à la suite de l’application de ce mode opératoire que le tétanos, comme accident de la castration, a été signalé pour la première fois ; et, en Amérique, où l’on châtre à peu près uniquement par le feu, on le voit se développer si fréquemment que les animaux sauvés de la castration y augmentent considérablement de prix. — Une cause de tétanos beaucoup plus réelle, et sur laquelle tous les auteurs s’accordent, ce sont les refroidissements subits, les change-