Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CM A M FOUT. f) i

iit compliment de ses succès auprès des femmes, et eutr’autres de l’enfant qu’il avait eu de madame de Mazarin. Le prélat nia tout, et ajouta : « Ma- dame, vous savez que la calomnie ne vous a pas ménagée vous-même ; mon histoire avec madame de ÎNIazarin n’est pas plus vraie que celle qu’on vous prête avec M. le cardinal. — En ce cas, dit la chanoinesse tranquillement, l’enfant est de vous. »

— Un homme très-pauvre, qui avait fait un livre contre le gouvernement, disait : «Morbleu! la Bastille n’arrive point; et voilà qu’il faut tout à l’heure payer mon terme. »

— Le roi et la reine de Portugal étaient à Belem, pour aller voir un combat de taureaux, le jour du tremblement de terre de Lisbonne ; c’est ce qui les sauva ; et une chose avérée, et qui m’a été garantie par plusieurs Français alors en Portugal, c’est que le roi n’a jamais su l’énormité du dé- sastre. On lui parla d’abord de quelques maisons tombées, ensuite de quelques églises ; et, n’étant jamais revenu à Lisbonne, on peut dire qu’il est le seul homme de l’Europe qui ne se soit pas fait une véritable idée du désastre arrivé à une lieue de lui.

— Madame de C... disait à M. de B.... : « J’aime en vous.... — Ah, madame! dit-il avec feu, si vous savez cjuoi, je suis perdu. »

— J’ai connu un misantrope, qui avait des instans de bonhomie, dans lesquels il disait : « Je