Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 9

ajoutait : « Je n’ai raconté ce trait que depuis la mort (le Louis xv. » Ce trait méritait pourtant d’être su, pour le singulier mélange qu’il contient d’amour et d’égoïsmo.

— Iju homme buvait à table d’excellent vin, sans le louer. Le maître de la maison lui en fit servir de très-médiocre. « Voilà de bon vin, dit le buveur silencieux. — C’est du vin à dix sous, dit le maître, et l’autre est du vin des dieux. — Je le sais, reprit le convive ; aussi ne l’ai-je pas loué. C’est celui-ci qui a besoin de recommanda- tion. »,

— Duclos disait, pour ne pas profaner le nom de Romain, en parlant des Romains modernes : Un Italien de Rome.

— « Dans ma jeunesse même, me disait M...., j’aimais à intéresser, j’aimais assez peu à séduire, et j’ai toujours détesté de corrompre. »

— M. me disait : « Toutes les fois que je vais chez quelqu’un, c’est une préférence que je lui donne sur moi ; je ne suis pas assez désœuvré pour y être conduit par un autre motif. »

— « Malgré toutes les plaisairteries qu’on rebat sur le mariage, disait M...., je ne vois pas ce qu’on peut dire contre un homme de soixante ans qui épouse une femme de cinquante-cinq. »

— M. de L.... me disait de M. de R.... : « C’est l’entrepôt du venin de toute la société. Il le ras- semble comme les crapauds, et le darde comme les vipères. »