Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


l38 OEUVRES

dévote, qui, pour lui plaire, tenait quelques dis- cours peu chrétiens : v Tu as beau faire, tu seras sauvée. »

— Un prédicateur disait : « Quand le père Bour- daloue prêchait à Rouen, il y causait bien du dé- sordre ; les artisans quittaient leurs boutiques, les médecins leurs malades, etc. J’y prêchai l’année d’après, ajoutait-il, j’y remis tout dans l’ordre. »

— Les papiers anglais rendirent compte ainsi d’une opération de finances de M. l’abbé Terray: « Le roi vient de réduire les actions des fermes à la moitié. Le reste à l’ordinaire prochain. »

— Quand M. de B.... lisait, ou voyait, ou en- tendait conter quelqu’action bien infâme ou très- criminelle, il s’écriait : « Oh ! comme je voudrais qu’il m’en eût coiité un petit écu, et qu’il y eût un Dieu. »

— Bachelier avait fait un mauvais portrait de Jésus ; un de ses amis lui dit : « Ce portrait ne vaut rien, je lui trouve une figure basse et niaise. — Qu’est-ce que vous dites? répondit naïvement Ba- chelier; d’Alembert et Diderot, qui sortent d’ici, l’ont trouvé très ressemblant. »

— M. de Saint - Germain demandait à M. de Malesherbes quelques renseignemens sur sa con- duite, sur les affaires qu’il devait proposer au conseil : « Décidez les grandes vous-même, lui dit M. de Malesherbes, et portez les autres au conseil. »

— Le chanoine Bécupéro, célèbre physicien •.