Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


3 -12 OEUVRES

nuit (lu 1 5, à minuit, l’abîme où allaient le pous- ser ses ministres, en croyant n’y précipiter que la nation. Alors tout cliangea. Le roi, détrompé, déclara quil ne faisait qu’un avec elle : il chargea le duc de Liancourt d’annoncer à l’assemblée qu’il se rendrait à la séance du lendemain : et cette nouvelle, qui d’abord y rétablit le calme, bientôt portée à Paris, y répandit une joie égale aux alarmes qu’elle faisait cesser.

DIX-NEUVIEME TABLEAU.

Les canons de Paris transportés à Montmartre.

Un des caractères de la révolution, dans cette première et immortelle semaine, c’est d’avoir réuni et rapproché, dans un si court intervalle de temps, et dans l’enceinte de Paris et de Ver- sailles, une telle multitude d’événemens simul- tanés, qu’après cette époque, et pendant un temps considérable, les acteiu-s et les spectateurs, éfalement opprimés du poids de tant de souve- nirs, retrouvaient avec peine l’ordre et la suite des faits égarés en quelc|ue sorte dans leiu- mé- moire ; tous les événemens semblaient perdus dans la variété des émotions successives dont on avait été comme accablé pendant six jours.