Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/452

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CHAMFORT. 44’

l’adoption qu’elle avait laite de Charles de Du- razzo ; c’était en effet l’écarter du tronc attaché aux droits de !a princesse Marguerite sa femme héritière de Napies; et la naissance d’un fils qu’elle venait de lui donner rendait cette injp.rcplus sen- sible et plus amère.

Le pr.pe voyant matière à de nouveaux trou- bles, excité par l’intérêt de donner à son neveu la principauté de Capoue, et par l’orgueil de dis- poser d’un royaume, sert les projets de Durazzo. Il excommunie Jeanne, donne à Charles l’inves- titure du royaume de Naples par une bulle que le roi de Hongrie devait protéger de ses armes. Jeanne effrayée, cherche un appui dans la mai- son de France,en adoptant pour nouvel héritier Louis, duc d’Anjou. Charles de Durazzo, maître de la capitale et du royaume, pendant que l’ar- mée d’Othon est campée aux environs de Naoles, tient la reine assiégée dans le château neuf, et la force de capituler à cinq jours de trêve. Le cin- quième jour expire, le prince Othon présente alors la bataille à Durazzo ; il est vaincu et fait prisonnier. La reine se rend au vainqueur, qui envoie consulter Louis de Hongrie sur le traite- ment qu’il doit lui faire. C’était demander la mort de Jeanne ; Louis inflexible, toujours obstiné à la croire coupable du meurtre d’André son frère, prononce contre elle un arrêt de mort, dont Du- razzo se rend exécuteur.

Bientôt le pape mécontent du nouveau roi, crui