Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


«

DE CnA.MFORT. ’J

caiit. » Qp change de conversation. L’empereur écrit une lettre au cardinal dataire, et une autre à son ambassadeur. Il fait promettre à l’aumô- nier de remettre ces deux lettres à leur adresse, en arrivant à Rome. Celui-ci tient sa promesse. Le cardinal dataire fait expédier les provisions à l’aumônier surpris. Il va conter son histoire à son évéque qui veut partir. L’autre, ayant affaire à Rome, voulut rester, et apprit à son évéque que cette aventure était l’effet d’une lettre, écrite au cardinal dataire et à l’ambassadeur de l’empire, par l’empereur, lequel était cet étranger avec lequel monseigneur n’avait pas voulu souper à Trieste.

— Le comte de.... et le marquis de.... me de- mandant quelle différence je faisais entre eux, en fiait de principes, je répondis : « La différee qu’il y a entre vous, est que l’un lécherait l’écumoire, et que l’autre l’avalerait.»

— Le baron de Breteuil, après son départ du ministère, en 1788, blâmait la conduite de l’ar- chevêque de Sens. Il le qualifiait de despote, et di- sait : « Moi, je veux que la puissance royale ne dégénère point en despotisme ; et je veux qu’elle se renferme dans les limites où elle était resserrée sous Louis XIV.» Il croyait, en tenant ce discours, faire acte de citoyen, et risquer de se perdre à la cour.

— Madame Desparbès, couchant avec Louis XV, le roi lui dit : « Tu as couché avec tous mes