Page:Champlain - Oeuvres de Champlain publiées sous le patronage de l'Université Laval, Tome 1, 1870.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Enfin, le printemps venu, Champlain, se fit reconduire à Québec, où l’on était fort inquiet sur son sort. Avant le départ des vaisseaux, il fit agrandir l’habitation de plus d’un tiers, et en augmenta les fortifications. «Nous fîmes, dit-il, le tout bien bâtir de chaux et sable, y en ayant trouvé de très-bonne en un lieu proche de la dite habitation.»[1]

Le prince de Condé venait d’être arrêté, le premier de Septembre 1616. Champlain se douta bien que les ennemis de la société profiteraient de sa détention, pour exciter de nouveaux troubles et faire annuler la commission. Il ne cessait de remontrer aux marchands, que, si l’on ne prenait les moyens d’augmenter et de fortifier Québec, la traite finirait par leur être enlevée de force. Les associés objectaient, que les dépenses annuelles étaient énormes, et que, dans un moment de trouble comme on était alors en France, la compagnie, d’une année à l’autre, pouvait avoir le même sort que celle de, M. de Monts, et qu’ils en seraient pour leurs frais. Champlain leur représenta que les circonstances étaient bien changées : M. de Monts n’était qu’un simple «gentilhomme, qui n’avait pas assez d’autorité pour se maintenir en cour contre l’envie, dans le conseil de Sa Majesté ; mais que maintenant ils avaient pour protecteur et vice-roi du pays un prince qui les pouvait protéger envers et contre tous sous le bon plaisir du roi.»

  1. Il est probable que le fourneau dont on se servit pour cuire la chaux à cette époque, est le même que celui dont fait mention un acte de concession du 20 septembre 1649 (Acte de conc. à Dame Gagner). Ce fourneau paraît avoir été situé entre l’ancien cimetière et le terrain actuel de la Chambre d’Assemblée.