Page:Champlain - Oeuvres de Champlain publiées sous le patronage de l'Université Laval, Tome 1, 1870.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
v
PRÉFACE

serions fait un reproche de n’avoir point apprécié, furent les seules causes, croyons-nous, qui empêchèrent M. Langton de réaliser le plan qu’il avait fort à cœur. Néanmoins, cette heureuse pensée ne fut pas perdue ; elle fit naître au sein de la faculté des Arts de l’Université Laval la louable ambition de réaliser quelque chose de plus grand et de plus parfait. Il fut décidé que l’Université, secondée par le Séminaire de Québec, accorderait son patronage à la publication des œuvres de Champlain telle que nous la méditions depuis plus de six ans.

M. Geo.-E. Desbarats, qui avait déjà bien accueilli M. Langton, voulut dès lors ne rien épargner pour répondre à l’encouragement de l’Université. Obligé plus tard de quitter Québec, il poussa la libéralité jusqu’à laisser à notre disposition tout un matériel bien assorti de caractères antiques, avec le personnel nécessaire pour compléter l’œuvre sous nos yeux. Enfin, la première édition était faite, les clichés transportés à Ottawa, l’impression presque terminée ; lorsque un épouvantable incendie vint réduire en cendres l’atelier de M. Desbarats. Les seules épreuves tirées à Québec furent tout ce qui nous resta.

Des pertes aussi sensibles étaient bien de nature à faire échouer complètement une entreprise qui paraissait devoir être si peu rémunérative. Mais voilà