Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
APPLIQUÉE À L’AGRICULTURE.

les mêmes principes à la distillation que le terreau non épuisé ; mais quant à la végétation, elle est moins forte et moins productive dans le premier que dans le second.

Lorsque l’eau, par des décoctions répétées, se refuse à enlever une nouvelle quantité d’extractif au terreau, il suffit de l’humecter, et de le laisser exposé à l’air pendant trois mois, pour qu’il donne de nouveau de l’extrait. Ces macérations, long-temps suivies sur le même terreau, ont constamment donné des infusions colorées, qui, rapprochées, fournissent de l’extractif (Saussure) ; ce qui prouve que, par l’altération successive des produits végétaux, il se fait de nouvelles combinaisons, et qu’il en résulte des composés solubles dans l’eau après que ce liquide paraissait avoir épuisé son action dissolvante sur ces corps. Ce fait est d’autant plus précieux, qu’il prouve que la vertu nutritive des engrais végétaux peut se continuer pendant tout le temps que dure leur décomposition, parce qu’il se forme de nouveaux produits solubles dans l’eau, qui peuvent, d’après cela, servir d’aliment à la plante. Ce fait nous prouve encore que des