Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
XI
PRÉLIMINAIRE.

pour passer à l’état liquide ou gazeux, il s’ensuit que les uns peuvent prendre l’un ou l’autre de ces états, par une chaleur supérieure à celle de l’atmosphère, et se séparer de ceux qui restent fixes : dans ce cas il y a décomposition.

Si l’affinité était la même entre toutes les molécules élémentaires qui forment les divers corps, il n’y aurait qu’aggrégation de matière et confusion de produits dans les opérations de l’art et de la nature ; mais chaque élément a ses affinités particulières, il repousse toute combinaison avec l’un et en contracte de très-intimes avec l’autre : tout se forme, tout se règle, tout s’assortit d’après cette différence. La reproduction uniforme des produits de la nature et les combinaisons de l’art dérivent de ce principe.

Il suit de ce qui précède qu’il ne peut y avoir de combinaison durable