Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
234
CHIMIE

une partie des fruits pour diriger une plus grande masse de sève sur ceux qui restent ; on peut encore pratiquer de fortes ligatures sur les branches ou y faire des incisions circulaires dans toute l’épaisseur de l’écorce, pour produire le même effet.

La taille des arbres fruitiers a pour but principal de borner la production des fruits et de ne laisser que le nombre que la plante peut nourrir.

La greffe qui se pratique sur des espèces analogues, ne fait que présenter aux sucs du sauvageon un tissu organique différent du sien propre : les sucs y reçoivent une élaboration particulière, qui change la nature des produits.

Ce n’est point par l’analyse des plantes ni par la proportion des principes que l’on peut en extraire à l’aide de l’eau, qu’on peut juger de la qualité nutritive des végétaux et des autres substances alimentaires. J’ai déjà prouvé qu’une substance nutritive, dépouillée de toutes ses parties solubles dans l’eau, formait de nouveaux composés solubles, par les progrès de sa décomposition. C’est uniquement par l’expé-