Page:Chaptal - Chimie appliquée à l’agriculture, Tome 1.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
LIII
PRÉLIMINAIRE.

tures étrangères, et il doit attendre que quelque voisin plus instruit que lui offre l’exemple des améliorations ; il ne fait alors qu’imiter sans courir aucune mauvaise chance.

On me reprochera peut-être de m’être permis quelques répétitions ; mais j’avoue franchement que je n’ai pas cru devoir les éviter : dans un ouvrage de la nature de celui-ci, les matières qu’on a à traiter peuvent bien se présenter sous différentes formes, mais les phénomènes découlent toujours des mêmes principes, et souvent leur explication ne comporte que quelque légère nuance dans l’expression. J’ai donc traité chaque question d’une manière absolue et presque indépendante ; j’ai rappelé à la mémoire tous les faits qui pouvaient éclaircir la matière, et j’en ai déduit les principes qui doivent diriger