Page:Chaptal - Rapport et projet de loi sur l’Instruction Publique.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(21)

cité : elles demandent, dans l’État, une éducation générale, commune à tous, et qui se borne à l’art d’écrire, lire, chiffrer, et aux premières notions ou connaissances du pacte social.

Les fonctions particulières sont celles qui, distribuant les hommes par classes dans la société, les appliquent à divers emplois, et subviennent aux besoins de tous par une sage distribution des facultés de chacun. Il faut donc à chaque individu des études ou une instruction particulière selon l’état qu’il embrasse, le métier qu’il pratique ou la profession qu’il exerce.

Développons ces idées en les appliquant à la société.

Si nous jetons un coup-d’œil sur la composition d’une nombreuse nation dont tous les membres sont liés par un pacte commun, nous en verrons tous les individus placés à des postes d’utilité publique : et le Gouvernement le mieux organisé, le peuple le plus heureux, est celui où chaque individu est à sa place ; où nul n’a été laissé hors des rangs ; où les professions sont honorées dans tous les degrés ; et où le Gouvernement, qui veille à tout, maintient l’harmonie dans toutes les parties, et garantit à chaque élé-