Page:Chaptal - Rapport et projet de loi sur l’Instruction Publique.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(45)

nous sommes convaincus que la source de toutes nos erreurs dans les institutions politiques, provient de ce que nous n’avons pas assez tenu compte du résultat de l’expérience des siècles que nous avons constamment confondu avec la marche éphémère des opinions, nous croyons qu’il faut en revenir à ces démarcations tracées par les convenances, à ces divisions, à ces circonscriptions qui, depuis long-temps établies et pratiquées, présentent des moyens faciles de communication, et offrent une telle suite de relations, d’habitudes entre les habitans, qu’on peut les considérer comme formant des associations particulières. C’est donc en partant de ces anciennes divisions, heureusement rétablies et consacrées presque toutes par la loi organique de l’administration civile, qu’on peut établir les écoles municipales.

Mais comme, d’un côté, il existe des municipalités trop peu peuplées pour fournir à une école municipale, et qu’il en est un très-grand nombre dont la population en exige plusieurs, les conseils municipaux doivent en exprimer la demande, pour que les conseils d’arrondissement prononcent sur le besoin et en fixent le nombre.