Page:Charles d Orléans - Poésies complètes, Flammarion, 1915.djvu/155

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Qu’il se parte, à son honneur,
De vous, car bon serviteur,
             Sans couleur,
Vous a esté vrayement ;
Monstrez lui quelque faveur,
             En doulceur.
Au moins à son partement.
     À Bonne Foy que tenez
             Et nommez
Vostre principal notaire,
Estroictement ordonnez
             Et mandez.
Sur peine de vous desplaire,
Qu’il vueille, sans delay traire,
             Lettre faire.
En laquelle affermerez
Que congié de soy retraire.
             Sans forfaire,
Audit cueur donné avez ;
Afin que le suppliant,
             Cy devant
Nommé, la puisse garder
Pour sa descharge et garant,
             En monstrant
Que nul ne le doit blasmer,
S’Amours a voulu laissier ;
             Car d’amer
N’eut oncque puis son talant
Que Mort lui voulut oster
             La nomper
Qui fust au monde vivant.
Et s’il vous plaist faire ainsi
             Que je dy,
Ledit suppliant sera
Allegié de son soussy ;