Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chantent-elles comme des anges, et jouent du violon, de la flûte, de l’orgue, du hautbois, du violoncelle, du basson ; bref, il n’y a si gros instruments qui puissent leur faire peur. Elles sont cloîtrées en façon de religieuses. Ce sont elles seules qui exécutent, et chaque concert est composé d’une quarantaine de filles. Je vous jure qu’il n’y a rien de si plaisant que de voir une jeune et jolie religieuse, en habit blanc, avec un bouquet de grenades sur l’oreille, conduire l’orchestre et battre la mesure avec toute la grâce et la précision imaginables. Leurs voix sont adorables pour la tournure et la légèreté ; car on ne sait ici ce que c’est que rondeur et sons filés à la françoise. La Zabetta des Incurables est surtout étonnante par l’étendue de sa voix et les coups d’archet qu’elle a dans le gosier. Pour moi, je ne fais aucun doute qu’elle n’ait avalé le violon de Somis. C’est elle qui enlève tous les suffrages, et ce seroit vouloir se faire assommer par la populace que d’égaler quelqu’autre à elle. Mais, écoutez, mes amis, je crois que personne ne nous entend et je vous dis à l’oreille que la Margarita des Mendicanti la vaut bien et me plaît davantage.

Celui des quatre hôpitaux où je vais le plus souvent, et où je m’amuse le mieux, est l’hôpital de la Piété ; c’est aussi le premier pour la perfection de symphonies. Quelle raideur d’exécution ! C’est là seulement qu’on entend ce premier coup d’archet, si faussement vanté à l’opéra de Paris. La Chiarretta seroit sûrement le premier violon de l’Italie, si l’Anna Maria des Hospitalettes ne la surpassoit encore. J’ai été assez heureux pour entendre cette dernière, qui est si fantasque, qu’à peine joue-t-elle une fois en un an. Ils ont ici une espèce de musique que nous ne connaissons point en France, et qui me paroît plus propre que nulle autre pour le jardin de Bourbonne. Ce sont de grands concertos où il n’y a point de violino principale. Quintin peut demander à Bourbonne s’il veut que je lui en apporte une provision. Pendant que j’y songe, que Quintin me rende aussi raison pour vous, des livres dont Machefoire peut m’avoir fait l’acquisition. Je viens d’en envoyer en France un gros ballot, tous d’éditions de 1400, accompagnés de force marasquin de Zara, Barbades, des Indes et de Corfou, et thériaque de Venise. Croiriez-vous bien que l’espèce de