Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



marbre, un tableau de l’Adoration des Mages, par Vannini, une Nativité, de Rosselli, et une Assomption, de Pietro da Cortona. Je remarque ceci, parce que j’ai trouvé la peinture à Florence fort au-dessous de ce que j’en attendois. Le Vasari a beau donner de l’encensoir à son pays sur cet article ; si c’est pour se faire valoir lui-même, il devroit cacher ses tableaux qui ne sont pas fort au-dessus du médiocre. En un mot, ce qu’il y a de plus curieux ici en ce genre, c’est d’y voir les premiers monuments de l’art qu’ont fabriqués Cimabue, le Giotto, Gaddo Gaddi, Lippi, etc., très-méchants ouvrages pour la plupart, mais qui servent cependant à faire voir comment le talent s’est développé et perfectionné peu à peu.


Mais si la peinture est faible ici, en récompense la sculpture y triomphe. C’est la ville des statues par excellence ; elles y sont répandues de tous côtés dans les carrefours, aussi bien que les colonnes de toutes sortes de jaspes et d’agates. Parmi les statues qu’elle contient à l’air, je vous citerai à la place de l’Annunziata, la statue équestre de Ferdinand de Médicis, par Tacca, qui a fait celle du Pont-Neuf à Paris. Hercule tuant Nessus, excellent groupe de Jean de Bologne, place du Vieux-Palais. Le fameux Enlèvement des Sabines, par le même. Le David, de Michel-Ange. Hercule et Cacus, par Bandinelli, assez méchant. Persée tuant Méduse, en bronze, admirable, de Benvenuto Cellini. Judith et Holopherne, par Donatello (1). Un gros vilain Neptune, au milieu d’un grand bassin de fontaine, par Ammanato, et sur les bords du bassin, une douzaine de jolies nymphes et tritons de Jean de Bologne (2). La statue équestre du grand Cosme, par le même, et les Quatre Saisons aux quatre coins du pont Santa-Trinità.


Ce pont, construit par Ammanato, est le plus beau des

(i) Le Persée, l’Enlèvement des Sabines, Judith et Holopherne, sont dans la Loggia dei Lanzi, ainsi que diverses statues antiques restaurées, parmi lesquelles on remarque un groupe d’Ajax. Les autres œuvres de sculpture mentionnées par De Brosses sont sur la place du Grand-Duc, excepté la statue de Tacca, qui orne en effet la place de l’Annunziata.


(2) Les nymphes et tritons décorent un autre bassin, distinct de celui de Neptune.