Page:Charles de Brosses - Lettres familières écrites d’Italie - ed Poulet-Malassis 1858.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Il y a là une grande et belle bibliothèque fort riche en manuscrits, surtout en manuscrits grecs fort anciens, qui viennent la plupart du célèbre NicoloNicoli ; plus, une grande parfumerie ou se composent les quintessences de Florence, par le moyen desquelles les bons moines volent tant qu’ils peuvent les étrangers, le tout ad majorem Dei gloriam.


Sainte-Croix est un bâtiment antique assez majestueux, construit par maître Arnolfo di Lapo. Je laisse les tableaux, parce qu’ils ne sont que passables à mes yeux, trop gâtés par les peintures exquises de Venise et de Bologne, pour ne vous parler que des tombeaux de Leonardo Bruni Aretino ; de celui de Michel-Ange, orné de trois’ statues représentant la Peinture, l’Architecture et la Scultpture, faites par trois de ses écoliers, et de son buste fait par lui-même, et de celui de Galilée, plus beau qu’aucun des précédents. L’Astronomie et la Géométrie accompagnent un médaillon contenant le portrait de ce restaurateur de la bonne philosophie, au bas duquel on a dépeint en or, sur le lapis, la planète de Jupiter, avec les quatre satellite^ qu’il découvrit. C’est un particulier qui a fait construire en dernier lieu ce monument, pour honorer la mémoire de ce grand homme, et les frais ont été pris sur un legs que Viviani, élève de Galilée, avoit fait pour cela par son testament.


N’oubliez pas de voir dans cette église l’admirable chapelle des Niccolini, toute simple, faite en entier de marbre de Carrare, sans autres ornements que cinq statues de même matière. Vous ne croiriez pas pouvoir jamais rien trouver de plus noble, si vous ne passiez dans le cloître, oîi se trouve la chapelle des Pazzi, d’ordre corinthien, que je ne donnerois pas, je crois, tout imparfaite qu’elle est, pour le temple d’Ephèse. Vous pouvez aussi, puisque vous êtes là tout porté, donner un coup d’œil à la bibliothèque qui n’est pas mal composée.


Saint-Laurent, d’une belle architecture en dedans, n’a rien d’ailleurs de plus considérable qu’un tombeau en porphyre, de Jean et de Pierre de Médicis, dans l’ancienne sacristie, et les deux fameuses chapelles des Médicis. La première est toute de la main de MichelAnge, soit pour l’architecture, soit pour la sculpture ; c’est en faire assez l’éloge. D’un côté est le tombeau de